Back to top

Etats généraux de la mer/ Gaoussou Touré : « Bâtir une grande nation maritime à l’horizon 2040 »

Rapport d'activités

9-05-2014

 

Les états généraux de la mer se sont achevés samedi dernier à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro. Plusieurs recommandations ont été faites pour relever le défi du développement du secteur maritime et portuaire ivoirien.
«Je rentre à Abidjan très satisfait avec dans ma valise, les principales résolutions adoptées et dont l'application sur le terrain, fera de la Côte d'Ivoire, une grande nation maritime à l'horizon 2040», a déclaré le ministre des Transports ivoirien, Gaoussou Touré. Après 3 jours de travaux, une nouvelle politique maritime ivoirienne a été adoptée en 47 recommandations. Objectif : relancer l'économie nationale et contribuer ainsi plus efficacement à la reconstruction du pays, après des années de crise. La mise en place d'une politique nationale maritime, répond à une urgence : mutualiser les initiatives sectorielles afin d'éviter, « le cloisonnement des interventions ministérielles et territoriale qui, en absence d'une vision globale a rendu problématique, l'intervention de l'Etat en mer ». A cet effet, un organe interministériel placé sous la tutelle de la Primature et regroupant les ministères impliqués dans les activités maritimes, sera chargé de la coordination et de l'harmonisation des actions de l'Etat en mer. D'ailleurs, à cette rencontre de Yamoussoukro, plusieurs ministères ont participé à l'élaboration de ce document stratégique.

REDYNAMISER LE TRANSPORT MARITIME ET FLUVIAL
Un code de la Marine marchande sera soumis dans les prochains jours à l'examen du Conseil des Ministres, en remplacement du tout premier, encore en vigueur, et qui date de 1961. Ces états généraux prévoient également, la construction de ports de pêche modernes à Abidjan, San Pedro, Sassandra et dans autres villes côtières. Aux assises de Yamoussoukro, il a été décidé du lancement d'une étude quant à la création par le secteur privé, de compagnies maritimes nationales qui devront combler le vide, depuis la disparition de la Société Ivoirienne de Transport Maritime (Sitram), la Société Ivoirienne d'Opération Maritime (Sivom) et bien autres. Mais l'Etat envisage lui-même de créer une grande compagnie maritime.
La mise en place des moyens humains et matériels permettra à l'Administration maritime, de mieux assurer la sécurité et la sûreté maritime et portuaire. Face aux menaces de pirates qui sévissent dans le Golfe de Guinée, la mise en œuvre d'une politique rigoureuse de surveillance des côtes ivoiriennes est aujourd'hui, pour l'Etat, un impératif. Par ailleurs, un accent particulier a été mis sur la nécessité d'un maintien des équilibres de l'écosystème marin et lagunaire, d'un développement optimal du système portuaire, d'une gestion efficiente de la main-d'œuvre et de la mobilisation des capitaux.

UNE FUTURE « PUISSANCE MARITIME »
Pour le président du Comité d'organisation Bertin Koffi Tano, Directeur général des Affaires maritimes et portuaires, « la tenue de ces états généraux étaient un rêve. Ces états généraux de la mer ont réuni tous les acteurs intervenant dans le domaine. Ce qui montre l'avenir du secteur et une volonté de repositionner le pays comme une puissance maritime».
Plus de 300 participants étaient présents à ces assises de la Mer. Les travaux se sont déroulés au sein de 5 commissions qui ont réfléchi sur 9 thèmes, dont la synthèse a été présentée par le Directeur de Développement de la Prospection de l'Office Ivoirien des Chargeurs (Oic), Mamadou Bigot. Reste une préoccupation : les moyens de la mise en œuvre de document stratégique...Surtout que depuis les indépendances, c'est la première fois que des états généraux de la mer ont lieu en Côte d'Ivoire.

(Source : afreekelection.com)